COVID-19 : information et consignes
fermer

Portrait de donateur : Marc Ouimet

Portrait de donateur : Marc Ouimet

Marc Ouimet est un diplômé de l’ITHQ du programme Technique de gestion hôtelière 1987. Aujourd’hui vice-président adjoint mise en exploitation et services connexes pour le Groupe Maurice, il continue de s’investir pour la relève de son école.

Comment avez-vous atterri sur les bancs de l’ITHQ ?

Mes grands-parents paternels cultivaient leurs légumes l’été pour leur consommation annuelle. Ils avaient un train de vie très modeste, mais leur quotidien gravitait autour de leur jardin. Ma passion pour la bouffe et les aliments frais du jardin s’est donc développée très tôt. Mes parents étaient entrepreneurs et c’est ce qui m’a fait réaliser que la mobilisation d’équipe m’attirait. Après un court séjour en science, je me suis redirigé vers mes passions, c’est-à-dire la bouffe dans un contexte de gestion. C’est ainsi que je me suis inscrit en Gestion hôtelière à l’ITHQ en 1984.

Après votre diplôme en gestion hôtelière et plusieurs expériences dans le milieu hôtelier, vous vous êtes dirigé vers les résidences pour aînés. Qu’est-ce qui vous a fait prendre cette direction ?

L’hôtellerie est un monde fascinant. J’ai eu la chance de travailler dans des établissements incroyables : l’ouverture du Fairmont Tremblant, Le Château Frontenac, le Ritz Carlton de Montréal. Dans mes rôles, on m’a permis de créer des événements et des offres de services exceptionnels avec des équipes engagées pour faire vivre des moments inoubliables aux clients. C’était fantastique, mais ce n’était pas assez. C’est un travail exigeant et avec une petite famille qui grandissait, je sentais le besoin de contribuer différemment. Je voulais faire la différence, pas juste les faire rêver durant quelques jours, mais pour la vie.

Les résidences pour ainés offrent un style de vie pour les retraités qui sont en forme, où les équipes d’employés dédiés contribuent au bien-être quotidien des résidents. Côtoyer des résidents qui pourraient bien être mes parents ou mes grands-parents, au quotidien, créer un environnement et faire en sorte qu’ils se sentent utiles, qu’ils contribuent à la vie de société et qu’ils socialisent me motive au plus haut point.

Mes compétences étaient facilement transférables, car les résidences ressemblent en plusieurs points à l’hôtellerie. La gestion de l’immeuble et l’entretien, les finances, les ventes, le service alimentaire, les ressources humaines, etc. D’ailleurs, plusieurs gestionnaires dans les résidences sont issus de l’hôtellerie.

Les résidences pour aînés, comme nous tous, ont dû s’adapter à la crise actuelle. Comment avez-vous géré cette nouvelle réalité ?

Être confiné est contre-nature au Groupe Maurice. On prône la liberté de choix, l’activité et la socialisation. La santé des résidents fait aussi partie de nos valeurs. En suivant rigoureusement les consignes du gouvernement tant pour les résidents que pour les employés, nous avons sauvé des vies. Le leadership de l’équipe de direction a fait preuve d’une grande agilité et nous avons appliqué les directives avec beaucoup d’humanisme. La communication a été au cœur de nos actions. Malgré le fait que les résidents aient été confinés dans leurs appartements pour plusieurs semaines, nos équipes communiquaient régulièrement avec l’ensemble des 11 000 résidents. Il ne se passait pas 48h sans qu’un résident ait une visite ou un appel de notre part.

Vous accordez une réelle importance au bien manger et vous avez d’ailleurs, en 2017, instigué le projet « Orientation Fraîcheur », une nouvelle vision du Groupe Maurice concernant la nourriture en résidence. Pourquoi était-ce si important pour vous d’implanter cette nouvelle vision de l’alimentation ?

Le Groupe Maurice avait déjà cela dans son ADN, le travail que nous avons fait avec Orientation Fraicheur a été de le rendre systémique. Nous avons revu la chaine d’approvisionnement afin de nous assurer que les fournisseurs offraient en temps réel les fruits et légumes de saisons. Nous avons travaillé avec les chefs afin de créer des recettes et revoir l’organisation du travail pour mettre en valeur le produit qui se retrouve dans l’assiette du résident. Mais au-delà du comment, l’idée est de permettre un retour à ses souvenirs et de créer une expérience pour le résident. Transformer les aliments en émotions est la mission de l’équipe alimentaire tous les jours.

Vous avez toujours gardé un lien très fort avec l’Institut et aujourd’hui, en plus d’offrir une bourse d’excellence depuis les deux dernières années, le Groupe Maurice dispose de l’une des salles de cours de l’ITHQ à son nom, grâce à notre programme de dénomination de salles. Qu’est-ce qui vous pousse à vous investir autant auprès de notre relève ?

Mon passage à l’ITHQ a tracé mon avenir : d’un point de vue personnel, je célèbre dans quelques jours 30 belles années de mariage avec mon épouse et complice de vie que j’ai rencontré à l’ITHQ en 1984.

D’un point de vue professionnel, je pense que les jeunes d’aujourd’hui ont besoin d’être valorisés dans leur travail et sentir que leur employeur va leur permettre de faire une différence dans la vie des gens. Ils recherchent une cause. Quelle plus belle cause que celle de contribuer au bien-être des aînés qui ont bâti et qui continuent à bâtir notre société !

De plus, notre industrie est jeune, au plus 25 ans, et mérite d’être connue de la relève. Tant dans la gestion, le service alimentaire, la vente, l’entretien, la réception et bien plus. Juste au Groupe Maurice, plus de 20 employés de divers niveaux hiérarchiques sont gradués de l’ITHQ en divers programmes. Nous offrons un environnement stimulant qui permet un style de vie stable avec des horaires raisonnables. En prime, la reconnaissance de contribuer au bonheur des aînés.

Nouvelle |

Infolettre de l'ITHQ