ITHQ recrutement

5 mythes
déboulonnés

Les métiers du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration sont dynamiques, passionnants et porteurs d’avenir. Mais ils sont aussi la cible de fausses perceptions qui peuvent décourager les candidats intéressés par le domaine. Rectifions les faits en cassant ces mythes un à un.

Réalité 01 Un emploi assuré dans l’industrie

Selon une enquête menée par RH Tourisme Canada, 50 000 postes seront à combler dans le secteur touristique au Québec d’ici 2030. Concrètement, cela veut dire qu’en choisissant ce secteur, tu auras un emploi quasi assuré dès la fin de ta formation. D’ailleurs, les taux de placement de tous nos programmes se situent au-dessus de la barre des 90 %.

Que ton objectif soit de devenir cuisinier, directrice d’hôtel, organisateur d’évènements, agente de voyage ou sommelier, l’ITHQ te prépare à bâtir une carrière solide en te fournissant les meilleurs outils. Sans oublier le savoir-être, qui fait la renommée de notre école et qui constitue un atout important dans tous les milieux de travail, même en dehors du domaine de l’accueil.

À l’ITHQ, plus de 60 % des étudiants sont inscrits dans des programmes de gestion hôtelière, touristique ou de restauration. Ces programmes de niveau collégial et universitaire ouvrent grand les portes du marché du travail et offrent, à ceux qui le souhaitent, un excellent tremplin pour poursuivre ses études au baccalauréat ou à la maîtrise.

Réalité 02 Des postes de gestion payants

Le domaine touristique regroupe plus de 400 emplois différents. Les conditions salariales varient donc énormément d’un emploi à l’autre.

Avec la pénurie de main-d’œuvre actuelle, de plus en plus d’employeurs augmentent les salaires pour attirer et garder leurs employés. Le milieu est en pleine mutation et cette transformation se traduit graduellement par des conditions salariales de plus en plus avantageuses. Ainsi, entre 2004 et 2012, le salaire horaire moyen dans le secteur touristique a connu une hausse de 25 %. C’est 9 points de plus que l’inflation, et cette augmentation salariale se poursuit!

Quel est l’élément le plus important pour gagner un bon salaire? La formation. Dans ses analyses, le Conseil québécois des ressources humaines en tourisme (CQRHT) observe qu’un diplôme permet d’accéder plus rapidement à des postes de supervision ou de direction. Quand on sait qu’un directeur d’hôtel peut aisément gagner entre 70 000 $ et 100 000 $ par an, c’est une donnée à ne pas négliger.

Réalité 03 Une bonne formation pour progresser rapidement

Que ce soit en restauration, en service à la clientèle, en ventes, mais aussi en comptabilité et en marketing, le domaine de l’accueil propose un éventail de carrières. Les profils de gestionnaires sont actuellement en forte demande et ces postes s’accompagnent généralement de belles possibilités d’avancement. Une progression qui n’exclut en rien les métiers : avec une formation solide, une bonne connaissance des opérations et de l’expérience sur le terrain, le sommelier peut penser devenir acheteur; le serveur, maître d’hôtel; et le cuisinier, chef de cuisine.

De plus, comme leur formation les a préparés à être polyvalents et créatifs ainsi qu’à faire preuve de leadership, les diplômés ithquois se retrouvent souvent à évoluer dans des domaines connexes, comme les ressources humaines, le secteur du luxe ou la gestion au sens large.

Le domaine de l’accueil offre également un terreau fertile à ceux qui ont la fibre entrepreneuriale. Puisque la clientèle est à la recherche d’expériences originales et authentiques, les personnalités créatives y trouveront leur compte et pourront bâtir des entreprises à leur image.

Réalité 04 Une industrie offrant de nombreux avantages

La pénurie de main-d’œuvre encourage les employeurs à faire des efforts considérables pour garder leurs employés. Cela se traduit de différentes façons, en fonction du secteur.

Par exemple, dès le début de leur carrière, les employés du secteur hôtelier bénéficient de 2 semaines de vacances, de 12 jours fériés, de jours de maladie payés, d’un plan d’assurances complet, de contributions de l’employeur à un régime de retraite, de repas à prix avantageux et, souvent, de rabais voyage dans d’autres établissements d’une même chaîne.

En 2018, le groupe Fairmont Hotels and Resorts s’est retrouvé à la tête du palmarès des 25 meilleurs employeurs au Canada. Fairmont se distingue notamment par ses excellents avantages sociaux, son milieu de travail stimulant ainsi que ses politiques qui favorisent le perfectionnement et l’avancement professionnel.

Travailler dans l’industrie de la restauration et du tourisme offre également plusieurs avantages : la possibilité d’avoir des horaires flexibles, d’évoluer dans des environnements magnifiques, de rencontrer des gens des quatre coins du globe et de découvrir d’autres cultures. Sans oublier que ce sont des métiers exportables partout dans le monde!

Réalité 05 Milieux privés ou syndiqués, tu as le choix

Comme dans plusieurs milieux, il faut parfois faire des heures supplémentaires dans les périodes d’achalandage. Cela dit, ceux qui travaillent dans le domaine diront que ces moments forts en adrénaline où l’équipe doit se retrousser les manches comptent parmi leurs meilleurs souvenirs.

En outre, il ne faut pas oublier que la Loi sur les normes du travail s’applique aussi aux salariés qui travaillent dans un restaurant, un hôtel ou une entreprise touristique. Pour tout ce qui concerne le salaire, les congés, la durée de la semaine de travail et les heures supplémentaires, ils ont les mêmes droits et les mêmes protections que les autres.

Pour ceux qui recherchent des horaires plus stables, il existe aussi de nombreuses possibilités de travail dans des milieux syndiqués, notamment dans le secteur hôtelier, les maisons d’hébergement, les hôpitaux, les écoles, etc. Bref, il y a de tout pour tous les goûts dans le vaste monde de l’accueil : à toi de voir ce qui te correspond le mieux!