Danny James Perrier, le faiseur de rêves

Danny James Perrier, diplômé de l'ITHQ

Danny James Perrier, le faiseur de rêves

En novembre 2017, Danny James Perrier terminait son parcours à l’ITHQ. Dans sa poche : son diplôme des Hautes Études en gestion hôtelière internationale. Dans son cœur : la fierté d’avoir su insuffler un nouveau dynamisme à la vie étudiante de notre école en tant que président sortant de l’association étudiante.

Danny James a beaucoup donné à l’ITHQ. Un an plus tard, on a eu envie de savoir ce que son passage chez nous lui avait apporté en retour.

Qu’est-ce qui t’a amené à t’intéresser au domaine de l’hôtellerie?
Mon premier contact avec l’hôtellerie s’est fait quand j’étais ado. Comme mon père est Français et ma mère Anglaise, je passais souvent mes étés en Angleterre. Pendant deux étés, j’ai travaillé dans un petit hôtel du Yorkshire. Je servais le petit déjeuner, je surveillais la réception, je faisais l’entretien ménager… j’animais même le bingo en soirée (rires)!

Plus tard, j’ai suivi une formation en mécanique et j’ai ouvert un garage de restauration de voitures anciennes, à Valence, en France. Mais j’ai toujours continué à travailler dans des hôtels en même temps.

Ce qui m’intéresse le plus de l’hôtellerie, c’est le contact humain, sous toutes ses formes. C’est un domaine où chaque interaction peut créer un moment inoubliable et ça, ça n'a pas de prix.

Pourquoi as-tu choisi de t’inscrire au programme Hautes Études en gestion hôtelière internationale (HEGHI) de l’ITHQ?
Je travaillais dans un hôtel 4 étoiles en France. Les propriétaires m'ont poussé à m'inscrire dans un programme d'études supérieures. J'ai regardé ce qui se faisait en Europe et je n’ai rien trouvé qui me correspondait. Mais quand j'ai visité le site web de l'ITHQ, j’ai rapidement senti que j’y avais ma place.

L’ITHQ offrait tous les outils pour m'épanouir : un hôtel d'application pédagogique, deux restaurants-écoles et des ateliers bien équipés. Et le programme HEGHI était parfait pour moi : avec ses deux stages de 6 mois, il allait me permettre d’avoir un pied dans l'industrie avant même de quitter les bancs d'école. Après quelques entrevues, je me suis inscrit, j’ai été accepté et j'ai tout quitté en France pour prendre mon envol vers le Québec.

« Danny James a contribué à développer un véritable sentiment d’appartenance à l’ITHQ. Il a surtout su bien s’entourer et faire travailler les étudiants ensemble. » - Marie-Claude McDuff, directrice des affaires étudiantes. Crédit photo : Rouleau Desrochers

Qu’est-ce que ton passage à l’ITHQ t’a apporté que tu n’aurais peut-être pas trouvé ailleurs?
Une famille. Je suis toujours en contact avec des professeurs, des membres du personnel et surtout des étudiants. Et je suis sûr que le réseau que j'ai bâti à l'ITHQ me suivra toute ma vie. Je pense vraiment avoir été privilégié d'avoir pu faire le programme HEGHI et de rencontrer autant de professionnels de l'industrie à travers celui-ci.

La générosité des Québécois et leur désir d'innovation m'ont aussi apporté beaucoup de confiance en moi.

À l’ITHQ, j’ai pu organiser des dizaines d'événements et mettre sur pied plusieurs projets porteurs, comme le café étudiant. Je ne peux pas être plus heureux et reconnaissant d'y avoir fait mon parcours académique. J'en suis fier et j'essaye d'en être le meilleur ambassadeur possible partout où je vais.

Aussi à l'aise en pitch que sur un plancher de danse! Au Colloque annuel de l’Association des clubs d’entrepreneurs étudiants (ACEE) du Québec. Crédit photo : Voltaïc 

Tu travailles présentement au Rhode Island (É.-U.) en tant que chef concierge du Ocean House, un établissement Relais & Châteaux où tu as fait tes stages. Qu’est-ce que tu aimes de ton travail?
En tant que chef concierge, je suis la personne contact des invités avant, pendant et après leur séjour. J'ai un peu l'impression de les accueillir chez moi, comme si l’hôtel m'appartenait!

Ce qui me rend le plus heureux au quotidien, c’est de voir qu’ils oublient le monde extérieur et passent du temps de qualité avec leurs proches grâce à mes recommandations. J'adore aussi les faire voyager dans le temps et leur montrer des petits coins secrets de notre hôtel.

J'aime aussi les écouter, prendre en note des petits détails sur les préférences de chacun et les surprendre pendant leur séjour. Nos invités paient très cher pour rester avec nous et ce sont les petits gestes qui font une grande différence dans leur expérience.

On me demande souvent ce que je fais dans la vie et ma réponse est « I make dreams happen ».

Située près de la magnifique plage de Watch Hill dans le Rhode Island, l'Ocean House est la deuxième maison de Danny James... après l'ITHQ! Crédit photo : Ocean House

Être un bon hôtelier : acquis ou inné?
Acquis. Être hôtelier est un art de vivre que l'on apprend tous les jours. Un hôtelier, c’est aussi un acteur qui sait bien lire son public et adapter son approche. Il faut être comme un caméléon pour être apprécié de tous ses invités et pouvoir surpasser leurs attentes!

Où seras-tu dans 10 ans? Penses-tu revenir au Québec un jour? 
Bonne question! J’aimerais occuper un poste dans un endroit qui me rendra heureux, où je ferai une différence dans la vie des gens qui m'entourent, en les inspirant et en les poussant à se dépasser.

Pour ce qui est de revenir au Québec, ma blonde vient de Montréal et travaille aussi en hôtellerie. Elle est aussi passionnée que moi! Je risque donc très certainement de revenir dans quelques années. Mais d'abord, on prévoit voyager à travers le monde et acquérir plus d'expérience de vie.  

Si tu rencontrais un jeune qui s’intéresse à l’hôtellerie, tu lui donnerais quoi comme conseils? 
Fonce! Ne t’arrête jamais à faire uniquement ce qu'on te demande. Travaille deux fois plus que les autres. Ne prends jamais rien pour acquis, car on en apprend tous les jours. Propose des améliorations à tes patrons ou à tes collègues, sois un leader pour tes pairs et assure-toi d'être une personne de confiance. Et n’oublie pas d'avoir du plaisir et d'aller boire un (ou des) verre avec tes amis. C'est souvent dans ces moments qu'on a les meilleures idées!

Nouvelle |