Historique des facteurs économiques favorables à l’industrie hôtelière

Historique des facteurs économiques favorables à l’industrie hôtelière

Par François Pageau, M. Sc.

Quels sont les facteurs économiques et sociaux propices à l’expansion de l’industrie hôtelière? L’histoire démontre que certaines périodes de l’évolution de l’industrie hôtelière ont été favorisées par quatre facteurs majeurs : le développement des droits civils, la diffusion des connaissances en sciences sociales, l’accès au crédit et les voyages d’affaires ou de vacances à titre individuel. L’impact de ces facteurs constitue une source de réflexion quant aux actions susceptibles de stimuler l’expansion économique de secteurs aussi importants que le tourisme et l’hôtellerie.

Publiée en 2009, l’œuvre monumentale de Paul Slattery, The economic ascent of the hotel business, mérite qu’on lui accorde une attention particulière à bien des égards. Elle contient en effet de nombreux repères historiques liés au secteur de l’hôtellerie dans les contextes sociaux des zones européennes, nord-américaines et de pays divers, qui lui confèrent un intérêt exceptionnel.

L’auteur a travaillé pour le compte de la chaîne hôtelière Canadien Pacifique, notamment. Co-fondateur de OTUS & Co., il a de plus collaboré à de nombreuses études portant sur l’investissement hôtelier et a conseillé plusieurs institutions financières américaines à ce sujet. Enfin, Paul Slattery a élaboré une importante base de données mondiale sur l’hôtellerie et développé un système de classification qui est devenu le point de départ d’une publication annuelle intitulée Quoted Hotel Companies.

L’objectif du présent article est d’identifier les facteurs économiques et sociaux ayant marqué différentes époques et expliquant la croissance qu’a connue l’industrie hôtelière. À travers les écrits de Slattery, nous tenterons de mettre en lumière et d’expliquer les facteurs qui ont contribué au développement de l’hôtellerie et à l’avènement de politiques nouvelles encadrant la promotion de cette importante industrie pour l’économie canadienne.

Structures économiques

Si le développement économique de l’industrie hôtelière n’a pas connu un rythme uniforme et continu au cours de son histoire, c’est en bonne partie parce qu’il était tributaire de celui des structures économiques mêmes dans lesquelles elle évoluait (Slattery, 1988).

Il faut également savoir qu’en 2009, l’Europe et l’Amérique du Nord constituaient les centres de l’univers hôtelier avec une population combinée de 700 millions d’individus et environ 10 millions de chambres d’hôtel, soit un ratio global de 14 chambres d’hôtel par millier d’habitants (Slattery 2009).

L’industrie hôtelière des pays les plus développés économiquement a connu une croissance historique dominée par deux tendances lourdes. D’abord, l’offre hôtelière s’est construite sur la base d’un ensemble de petites auberges (Inns), une extension de l’habitation de l’aubergiste offrant un minimum de services (logement et nourriture) à un groupe de voyageurs. Celles-ci se sont ensuite structurées en des ensembles d’hôtels diversifiés qui, éventuellement, menèrent à leur tour à la construction d’hôtels gigantesques proposant des services plus élaborés (tels ceux de Las Vegas, aux É-U).

La seconde tendance lourde a pris naissance dans l’Angleterre du 19e siècle, avec l’émergence des chaînes hôtelières qui ont contribué à la concentration de l’industrie par un plus petit nombre d’opérateurs, notamment aux États-Unis et en Angleterre.

Slattery insiste également sur les liens de parenté qui unissent l’hôtellerie, le transport et le tourisme. Le système d’offre et de demande de services hôteliers est en effet intimement lié, voire indissociable, de celui du transport et du tourisme. Historiquement, le premier a stimulé les deux autres et leur a procuré les bases mutuelles de leur développement et de leur croissance.

De leur côté, les frères Lattin (2005) soutiennent également cette idée de réciprocité et divisent les entreprises touristiques en cinq catégories évoluant en synergie : les hôtels, les restaurants, le transport, le commerce de détail et le divertissement (Lattin 2005 : 3). Ils affirment en outre que, tour à tour, l’industrie hôtelière et l’activité ’économique se stimulent en symbiose: « The hospitality industry benefits directly from tourism, and other parts of the economy benefit as a result. This is called the ripple effect. » (Lattin 2009 : 10).

L’impact important qu’engendre l’industrie touristique sur l’économie nationale, justifie habituellement un investissement public dans la promotion du tourisme. De fait, si la croissance des voyages de toutes sortes bénéficie d’abord aux entreprises hôtelières, ces dernières stimulent à leur tour d’autres secteurs d’activité économique (Lattin 2009 : 12).

Toujours selon les Lattin, les facteurs qui contribuent aux déplacements des individus sont nombreux : réduction de la semaine de travail, augmentation des périodes de vacances payées et croissance du revenu net disponible. On pourrait résumer cette explication par le fait que pour voyager, on a besoin de temps et d’argent. Slattery abonde dans le même sens en ajoutant les vacances payées et l’augmentation des salaires à la liste des facteurs favorables à l’industrie hôtelière.

Facteurs sociaux et géopolitiques

Les tableaux suivants présentent, au cours des périodes importantes de l’histoire économique, les contextes et les facteurs mentionnés par Slattery.

TABLEAU 1 : Période allant d’avant 1750 à 1900

Périodes Contexte social, géopolitique et hôtelier Facteurs favorables à l’industrie hôtelière

Avant 1750

(Antiquité et Moyen-Âge)
  • L’Europe : un croissant fertile, particulièrement l’Angleterre
  • Création de grandes villes
  • Évolution de l’économie agraire vers une économie secondaire, voire tertiaire
  • Développement du commerce
1750-1850 (Révolution industrielle)
  • En Angleterre et en Hollande, apparition du terme « Hôtel » (Inns, Khans, Caravanserai, Auberges, Posadas)
  • Émergence d’un important secteur secondaire (transfert de l’agriculture vers la fabrication)
  • Amélioration de la richesse collective grâce à l’emploi de masse
  • Émergence des clubs privés (Londres), qui définissent des standards

1850-1900 :

  • Développements économiques
  • Aux États-Unis et en Angleterre, création d’une stratification de l’offre hôtelière
  • Déclin du secteur agricole dans les zones développées, en raison des importations en provenance des colonies
  • Émergence de structures sociales nouvelles
  • Croissance du secteur secondaire
  • Émergence du secteur tertiaire (services aux citoyens sous la responsabilité de l’État)
  • Création des congés annuels payés (« vacances ») et développement du marché des hôtels et des resorts grâce au revenu et temps disponibles

Jusqu’en 1900, l’industrie hôtelière a bénéficié du déclin de l’industrie agricole au profit de l’industrie manufacturière qui lui est plus favorable. S’en est suivi le développement du commerce et des voyages d’affaires ainsi que l’émergence du secteur tertiaire en lien avec le développement des services aux citoyens.

La demande en hôtellerie a également été stimulée par l’accroissement du nombre de travailleurs rémunérés et par la naissance de la classe moyenne qui a les moyens de s’offrir des vacances.

TABLEAU 2 : Période allant de 1900 à 1945

Périodes Contexte social, géopolitique et hôtelier Facteurs favorables à l’industrie hôtelière

1900-1945 :

  • Événements critiques ayant mené à la 1re Guerre mondiale
  • Changements idéologiques en Europe (naissance du socialisme)
  • Grande Dépression (1929)
  • 2e Guerre mondiale
  • États-Unis : rôle de fournisseur des USA aux alliés
  • Europe : destruction des infrastructures
  • Établissement des systèmes de classification hôtelière aux USA et en Europe
  • Déclin de l’industrie hôtelière en Europe, en raison de la destruction des infrastructures causée par la guerre
  • Croissance de l’industrie hôtelière américaine s’expliquant par l’absence d’affrontements sur le territoire des États-Unis
  • Augmentation de la population nord-américaine
  • Production de masse dans le secteur manufacturier (générateur important de nouveaux emplois)
  • Accroissement du nombre d’employés bénéficiant de vacances payées
  • Effet négatif de la prohibition aux États-Unis entre 1919 et 1933 (Volstead Acts, The Eighteenth Amendment to the Constitution)
  • Développement accru des chaînes hôtelières

La période 1900 à 1945 témoigne à la fois des conséquences négatives liées à la guerre et des impacts positifs en temps de paix ou pour les pays ne subissant pas de destruction.

À nouveau pendant cette période, la croissance des secteurs secondaires et tertiaires stimulent l’industrie hôtelière et, réciproquement, l’augmentation des emplois et du nombre de travailleurs bénéficiant de services sociaux et de vacances payées vitalise l’industrie hôtelière.

TABLEAU 3 : Période allant de 1945 à 1960

Périodes Contexte social, géopolitique et hôtelier Facteurs favorables à l’industrie hôtelière

1945-1960 :

  • Mise en place d’une structure économique aux États-Unis et dans l’industrie hôtelière américaine

Aux États-Unis :

  • Le secteur des services domine la structure économique
  • Le mode de franchisage se répand
  • Apparition des consortiums
  • Mise en place du marché des hôtels de luxe, haut de gamme, moyen de gamme, économiques et budgets
  • Extension des droits civils et humains (1954 : ségrégation raciale interdite)
  • Expansion des sciences sociales et de leurs applications dans la société et dans l’administration des entreprises
  • Augmentation de la consommation individuelle grâce à l’accès aux cartes de crédit et à la propriété donnant la possibilité d’emprunter et de constituer un capital
  • Accroissement du nombre de voyages en raison de l’augmentation du nombre de propriétaires de voiture

1945-1960 :

  • Mise en place d’une structure économique en Europe et dans l’industrie hôtelière européenne

En Europe :

  • Mise en place de politiques interventionnistes
  • Rétablissement des démocraties et des zones communistes (mur de fer)
  • Mise en œuvre du Plan Marshall
  • 1957 : création de la CEE (Communauté économique européenne)
  • Retour lent au volume de demandes d’avant la guerre
  • Développement des emplois civils
  • Construction de nouveaux hôtels

La période allant de 1945 à 1960 témoigne de l’amélioration des droits civils et de la création d’emplois. De plus, l’augmentation de la consommation stimule l’économie dans tous les secteurs d’activités, engendrant ainsi un accroissement de la demande pour des services hôteliers.

TABLEAU 4 : Période allant de 1960 à 1980

Périodes Contexte social, géopolitique et hôtelier Facteurs favorables à l’industrie hôtelière

1960-1980 :

  • Mise en place d’une structure économique aux États-Unis et dans l’industrie hôtelière

Aux États-Unis :

  • Apparition des babyboomers sur le marché de la consommation
  • Élargissement de la législation en matière de droits civils (population noire, femmes, homosexuels) et création de nouveaux marchés privés;
  • Amélioration de l’accès aux services de santé, à l’aide-sociale et au logement.
  • Effets négatifs de la crise du pétrole, de la récession et de l’échec de la guerre au Vietnam
  • Balance économique en faveur du secteur tertiaire (services aux citoyens) et au détriment des secteurs primaire et secondaire
  • Croissance économique forte au nord des États-Unis et faible au sud (chômage et dépenses des ménages plutôt basses)

1960-1980 :

  • Mise en place d’une structure économique en Europe et dans l’industrie hôtelière

Montée des droits civils en Europe :

  • 1961 : contraception en  Angleterre
  • 1965 : le Race Relations Act interdit la discrimination basée sur la race, l’origine ethnique ou le pays d’origine
  • 1967 : décriminalisation de l’avortement (Abortion Act)
  • 1969 : Divorce reform Act
  • 1970 : Equal pay Act (équité salariale entre les hommes et les femmes)
  • 1975 : Sex Discrimination Act (qui criminalise la discrimination faite aux femmes)
  • 1976 : Race Relation Act (qui étend la définition de la discrimination au marché de l’emploi de même que pour l’accès au logement et aux services financiers)
  • Développement des droits civils
  • Expansion des sciences sociales et de leurs applications dans la société et l’administration des entreprises
  • Accès plus facile à la propriété et au crédit
  • Accroissement du nombre de déplacements personnels en raison de l’augmentation du nombre de propriétaires de voiture et de l’utilisation accrue des services ferroviaires

Tout comme la précédente la période allant de 1960 à 1980 témoigne à nouveau de la progression des droits civils et de la création d’emplois. La demande pour les services hôteliers est en progression notamment grâce à l’amélioration des standards issus des bannières dorénavant dominantes sur le marché.

L’accès au crédit et à la propriété ainsi que l’établissement d’un climat de sécurité favorisent l’augmentation des déplacements personnels en voiture et en train, et ce, même vers des destinations éloignées.

TABLEAU 5 : Période allant de 1980 à 2008

Périodes Contexte social, géopolitique et hôtelier Facteurs favorables à l’industrie hôtelière
1980-2008

Aux États-Unis :

  • Expansion de la demande pour les entreprises de service
  • Récession en 1981-1982
  • Guerres du Golf I et II
  • Attentats du 11 septembre 2001 (9/11)
  • Guerre en Afganistan
  • Guerre en Iraq
  • Effets négatifs de la récession
  • Apparition du concept « d’économie d’expérience »
  • Expansion du secteur tertiaire (service economy)
  • Développement des droits civils
  • Présence plus significative des sciences sociales appliquées au sein des organisations
  • Expansion de la propriété (maison, police d’assurances, fonds de pension, mécanismes d’épargne) facilitant l’accès au crédit
  • Augmentation importante des voyages d’affaires et personnels
1980-2008 En Angleterre :
  • Déclin des secteurs agricole et industriel au bénéfice d’une forte croissance des services aux citoyens
  • Développement des chaînes hôtelières
  • Expansion de l’accès à la propriété et au crédit
  • Privatisation des entreprises d’État
  • Efforts visant à stimuler la création d’emplois

La période allant de 1980 à 2008 voit apparaître « l’économie d’expérience » au sein de laquelle l’hôtellerie occupe une place de choix. Elle témoigne également, tout comme pour les périodes précédentes, de l’avancée des droits civils, de la progression de l’accès au crédit et à la propriété ainsi que de celui des autres modes d’épargne. On y observe aussi une augmentation des voyages personnels. Enfin, la croissance de l’offre hôtelière, notamment par les chaînes, semble avoir elle-même contribué à l’augmentation de la demande pour ce type de service.

Autres études portant sur les liens entre l’économie et l’industrie hôtelière

Dans la septième édition de The Lodging and Food Service Industry, les frères Lattin mentionnent l’impact désastreux qu’ont entraîné les attaques terroristes de septembre 2001 sur l’industrie du tourisme, des transports aériens et de l’hôtellerie (p. 9-10). Selon la World Trade Organization, ce tragique événement a démontré le degré de vulnérabilité de l’industrie et  la rapidité avec laquelle la clientèle peut modifier ses comportements. Inversement, la menace d’attaques terroristes aurait favorisé, selon les auteurs, le tourisme local en incitant des citoyens à fréquenter leur propre pays plutôt que de voyager à l’étranger (p. 13). Ils affirment en outre que la globalisation des entreprises en réponse à la mondialisation des marchés aurait, comme on s’y attendait, favorisé les déplacements de personnes partout sur la planète (p. 10).

Conclusion du livre de Slattery

Sa basant sur l’analyse des quatre économies majeures que sont les États-Unis, l’Angleterre, la France et l’Allemagne, Slattery (2009) conclut pour sa part que la structure économique qui a vu croître le secteur tertiaire, aurait favorisé l’industrie hôtelière.

La catégorisation classique des entreprises origine de la Standard Industrial Classification, dans la quelle les entreprises se répartissent en trois secteurs :

  • Secteur primaire : agriculture, élevage de bétail, pêcheries, foresterie et fourrures;
  • Secteur secondaire : construction, fabrication, mines et énergie;
  • Secteur tertiaire : banques, bars, restaurants, hôtels, casinos, cinémas, communication, éducation, transport, assurances, administration publique, sécurité, voyages, services sociaux, vente au détail, parcs d’attraction, centres sportifs, etc.

Selon l’auteur, l’émergence du troisième secteur économique aurait coïncidé avec le développement de l’industrie hôtelière et y aurait contribué.

Dans The Economic Ascent of the Hotel Business, Slattery divise le secteur tertiaire en deux sous-groupes : les services aux citoyens et les services aux entreprises. Contrôlé par le gouvernement, le premier sous-groupe inclut l’éducation publique, les services de santé, les services sociaux et l’administration de l’État. D’ailleurs, ces organisations gouvernementales seraient devenues les employeurs les plus importants de plusieurs pays du monde. L’auteur fait cependant une distinction entre les zones européennes et les États-Unis, qui considèrent le rôle de l’État de façon bien différente. Les Américains feraient en effet davantage appel aux entreprises privées pour fournir des services aux citoyens, alors qu’en Europe c’est l’État qui en assure l’accès universel.

The more left-wing a government the more its commitment is to managing citizen services and to big government. The bigger the citizen services segment the more income the government needs to generate from other parts of the economy to fund the provision of citizen services. (…) The more right-wing an elected government the less it is committed to the management of citizen services, the more that some citizen services are privatised and become service businesses and the it is committed to smaller government. (Slattery : 5)

Le raisonnement de Paul Slattery comporterait donc une contradiction lorsqu’il affirme que l’expansion du secteur tertiaire vers des services aux citoyens favoriserait l’industrie hôtelière, mais que l’augmentation des impôts servant à les financer réduirait le revenu disponible des contribuables. Suivant son raisonnement, Slattery considèrerait que le segment des services aux entreprises est à promouvoir puisqu’il ne nécessite pas d’investissement de la part de l’État. Nous considérons qu’il a tort, bien sûr, puisque le client le plus important de ces services aux entreprises demeure l’État, et que celui-ci est financé par les impôts des particuliers ou encore par des ponctions additionnelles faisant grimper le niveau de la dette nationale.

Conclusion

À partir des facteurs principaux soulignés par Paul Slattery et correspondant aux différentes périodes analysées, nous retenons les éléments suivants en raison de leur incidence positive sur la demande de services hôteliers :

  • Amélioration des droits civils;
  • Développement des connaissances en sciences sociales (psychologie, sociologie, gestion) et application dans la gestion des entreprises;
  • Progression de l’accès à la propriété (maison, voiture) et au crédit;
  • Augmentation du nombre de voyages personnels, favorisés par la mondialisation des marchés, l’absence de guerre (climat de paix) et la disponibilité des services de transport (ferroviaire, aérien, routier).

En s’inspirant des actions passées qui ont fait leurs preuves, les autorités pourraient stimuler les conditions sociales qui ont elles-mêmes encouragé de différentes manières la consommation de services hôteliers. À la lecture des facteurs économiques et sociaux favorables à l’industrie, on pourrait entre autres tenir compte des effets positifs de la réduction de la semaine de travail, de l’augmentation du revenu disponible et de la création d’emplois. Somme toute, l’industrie hôtelière bénéficierait davantage du maintien et de l’enrichissement de la classe moyenne que de celui d’un petit nombre de d’individus fortunés et de l’appauvrissement de la masse.


LATTIN, Gerald W., James E. LATTIN et Thomas W. LATTIN. The Lodging and Food Service Industry, 6e éd., Lansing, Mich, 2005, 398 pp.

LATTIN, Gerald W., James E. LATTIN et Thomas W. LATTIN. The Lodging and Food Service Industry, 7e éd., Lansing, Mich., 2009, 393 pp.

Slattery, P. & Clark, A.. Major Variables In The Corporate Structure Of Hotel Groups., International Journal of Hospitality Management  , ISSN 02784319, San Diego Calif., 1988, 117 pp.

SLATTERY, Paul. The Economic Ascent of the Hotel Business, Woodeaton Oxford, Goodfellow Publishers, 2009, 240 p.

Dossier |

Infolettre de l'ITHQ

Zone publicité

 
SAQ-Ateliers

Nous joindre

514 282-5115
Sans frais :
1 800 361-5111, p. 5115