Développement durable dans le tourisme d'affaires et de congrès

Développement durable dans le tourisme d'affaires et de congrès

Par Catherine Noppen, M. Gestion et planification du tourisme

« Croyez-vous que le développement durable soit compatible avec le profit? La plupart des entrepreneurs pensent que non. Et ceux qui sont bien intentionnés recherchent un juste équilibre entre leurs préoccupations économiques et environnementales, comme si les unes étaient opposées aux autres. »1 

Le tourisme d’affaires et de congrès correspond à l’ensemble des voyages et des déplacements professionnels, individuels ou de groupe dont le but est de partager de l’information et de stimuler des échanges par des rencontres professionnelles sans rechercher uniquement le profit immédiat. Plus souvent qu’autrement, le tourisme d’affaires est combiné à celui d'agrément, deux formes de tourisme complémentaires qui génèrent de fortes retombées économiques. À preuve, Tourisme Montréal enregistrait en 2009 (année la plus récente de données statistiques) un total de 1 269 264 $ CA de dépenses effectuées par des touristes lors de voyages d’agrément et d’affaires combinés.

Congrès, conventions, conférences, foires, expositions, salons, voyages de motivation et de récompense et lancements de produits sont autant de manifestations qui composent le tourisme d’affaires et de congrès et mobilisent des individus aux quatre coins de la planète. Cette forme de tourisme s’avère d’une importance capitale en termes de retombées économiques, comme en témoignent les chiffres de l’Association des bureaux de congrès du Québec qui a comptabilisé des dépenses de 100 M$ dans le secteur du tourisme d’affaires et de congrès en 2010. 

Les fêtes et les festivals contribuent aussi à alimenter le tourisme d’affaires, grâce à leur volet commercial qui s’ajoute aux contenus de divertissement, culturel et artistique. Expositions, salons et réunions complètent en effert souvent la programmation principale de ces événements afin de permettre aux acteurs de l’industrie de se rencontrer et d’échanger, générant ainsi un profit immédiat. Autres exemples, les lancements de livre ou d’album et les nombreux événements qui se déroulent en même temps dans le cadre de festivals, font également partie de la catégorie du tourisme d’affaires. 

Sur un plan environnemental, chacune de ces activités auxquelles on peut associer des déplacements d’individus et de la consommation spontanée (restauration, logement, divertissement), génère cependant une empreinte écologique : gaspillage et émanations de gaz à effet de serre en sont des exemples. En effet, qui dit mobilité dit également impact environnemental, au même titre que consommation rime avec économie. 

Comment faire cohabiter tourisme d’affaires et développement durable? 

Introduire le label de développement durable dans le secteur du tourisme d’affaires offre des possibilités de modèles d’affaires faisant appel à des pratiques innovantes. Le développement durable est aujourd’hui sorti de la marginalité à laquelle on l’associait au début de notre siècle. Il est maintenant possible d’atteindre un équilibre dans le développement du tourisme d’affaires et de congrès reposant sur des valeurs d’équité sociale tout en respectant l’homme et son milieu vivant et en poursuivant un objectif économique.

La démarche doit s’amorcer avec l’adoption de critères tels que celui du choix de la destination, par exemple. Selon une enquête menée en 2009 par le magazine Voyages d’Affaires2 auprès de 152 professionnels du voyage et du tourisme d’affaires en France, les pays comme la Suisse, la Suède et la Norvège sont les trois destinations qui semblent les plus en avance en matière de tourisme d’affaires durable et équitable. 

Il faut également considérer le choix des sites où se dérouleront différents types d’événements, comme un congrès médical dans un centre de congrès ou la réunion annuelle d’une entreprise dans un hôtel haut de gamme. De tels sites pourront être sélectionnés lors d’un repérage fait selon certains critères précis dénotant de bonnes pratiques en matière de gestion responsable. De tels sites sont déjà très nombreux et très recherchés, et on en compte dans tous les milieux associés au tourisme d’affaires et de congrès. 

Les définitions du développement durable varient selon les différents lieux et cultures où ont lieu des manifestations attirant le tourisme d’affaires. Néanmoins, son objectif fondamental s’articule invariablement autour du développement humain et social même si, sur un plan économique, la recherche du profit domine constamment. Il est cependant nécessaire d’inscrire dans une démarche durable la façon suivante de faire et d'agir : viser l'efficience économique et ainsi créer une économie innovante et prospère, et ce, en demeurant toujours écologiquement et socialement responsable.

Tourisme durable, tourisme équitable, tourisme responsable, tourisme vert… Toutes ces formes de tourisme sont développées sur la base de modèles de gestion responsable. Selon l’Organisation mondiale du tourisme, « le tourisme durable doit aussi bien optimiser l’utilisation des ressources environnementales que respecter l’authenticité socioculturelle des communautés d’accueil et assurer à long terme la viabilité financière des investissements ». Le tourisme durable participe ainsi à une saine gestion financière. 

En mettant l’accent sur la création et la mise en valeur de destinations ou de sites touristiques respectueux des principes de développement durable ou en adoptant un modèle de gestion qui soit responsable, le cœur même des pratiques reliées au tourisme d’affaires pourrait lui aussi  devenir « durable ». 

Le tourisme d’affaires et de congrès « durable » s’avère donc possible à la condition que des politiques et des normes permettent d’assurer une gestion responsable des activités et que cette dernière implique la mise en place de processus et d’outils répondant à différents critères et intégrant les principes de développement durable.


1MATHIEU, André. « Le développement durable », Magazine L'Agora, vol. 6, no 1, décembre-janvier 1998.

 

 

Dossier |

Infolettre de l'ITHQ

Zone publicité

 
SAQ-Ateliers

Nous joindre

514 282-5115
Sans frais :
1 800 361-5111, p. 5115